Est-ce de l’incompétence ou de la malhonnêteté ? Avec Olivier Véran c’est “no limit”

Olivier Véran avait annoncé avoir commandé 50 000 doses de Molnupiravir pour la France, en clair 30 millions d’argent public pour un « poison potentiel » ?!

Le molnupiravir est une molécule vieille de plus de 40 ans, mutagène et cancérigène qui ne sera utile à rien, mais qui rapportera 700 $ par malade à Big Pharma !

C ‘est bien ainsi que de nombreux scientifiques considèrent cette molécule et que la France vient d’acheter sans la moindre autorisation d’autorités scientifiques.

Merck aura sa part du gâteau avec la patate chaude de Big Pharma, le Monulpiravir  présenté comme la pilule anticovid  par la presse existait déjà, mais sa réputation exécrable fit que même Giléad refusa de l’utiliser.

En 2003 la tentation de le refiler contre l’hépatite fut abandonnée par peur de créer des mutants.

Le biologiste Jean François Lesgard fut un des premiers à alerter sur l’impasse du Molnulpiravir après le remdesivir :

« Oui c’est comme le remdésivir : ça vient bloquer (in vitro)…la réplication de l’ARN du virus. Donc c’est mutagène car ça peut le faire avec nos cellules aussi ! En plus se limiter à cela n’est pas efficace, car ce virus se développe trop facilement. Il faut donc bloquer en même temps l’inflammation qui arrive très vite »

L’Ivermectine fait les 2 sans s’insérer dans l’ARN.

L’effet mutagène démontré dans des cultures de cellules animales, soulève des inquiétudes quant au risque potentiel de tumorigenèse induite par le molnupiravir et à l’émergence de mutations néfastes dans la génération de cellules précurseurs du sperme et le développement embryonnaire.

Le Japon après avoir recommandé l’utilisation d’IvermectineAutre exemple avec l’Uttar pradesh, plus de 230 millions d’habitants,  n’a vacciné que 5% de sa population, tout en distribuant de l’Ivermectine à tous ses habitants, est à ce jour débarrassé du virus.

Pendant que le Kerala état indien le plus vacciné, et qui ne représente que  3% de la population indienne, est le seul état où l’épidémie a continué de flamber.

POURQUOI CE SILENCE SUR LES TRAITEMENTS EFFICACES, SANS EFFETS SECONDAIRES,

CONTRAIREMENT AUX INJECTIONS EXPÉRIMENTALES ACTUELLES, si ce n’est pour imposer une injection expérimentale ?!

Le 10/12/2021, la Haute Autorité de santé vient de dire non à l’utilisation du Molnupiravir, l’antiviral de Merck.

Quid des commandes passées par Olivier Véran?! Mais silence encore et encore sur les traitements connus depuis des dizaines d’années, anciens et bon marché.

Voir MÉTA ANALYSE EN TEMPS RÉEL, qui regroupe des milliers d’études sur les différentes molécules et leur efficacité sur le covid : https://c19early.com/

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8188802/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*