Français moyens et modestes : indignez-vous !

Vous étiez 80 % à vous indigner lorsque les gilets jaunes se sont fédérés. Au-delà des parcours individuels, je les ai toujours soutenus parce qu’ils expriment une vraie colère, celle de millions de français moyens et modestes, qui ont besoin d’assurer deux choses vitales : leurs déplacements et leurs sources d’énergie.
Se chauffer, se déplacer, c’est vital. C’est se rendre au travail, mettre à l’abri sa famille. Nous sommes une terre de travailleurs
Lire la suite

L’Europe oui, mais quelle Europe ?

Je refuse cette alternative dispensée par les médias :

C’est l’Europe,  ou c’est le repli ! 

Je suis pour une France qui redéploye ses alliances, qui choisit ses amis, et qui garde sa liberté de décision. Une Europe de projet et de coopérations.

De vrais projets d’envergure ont existés, et bien avant Maastricht !

Le projet Airbus par exemple,  décidé lors du dernier conseil des ministres du Général  De Gaulle. C’était en 1969, avant qu’il ne quitte le gouvernement. Ce projet était fondé sur une coopération franco-allemande, qui inclut l’Espagne aujourd’hui.

Ariane Espace aussi c’est le fruit d’une coopération.

Mais l’Europe actuelle est une Europe de la globalisation, libérale et dictatoriale. Une Union Européenne technocratique,  sous la coupe d’une idéologie où l’on ne parle que finances et lobbys.

C’est une Europe du business où les peuples ne sont plus des citoyens mais des consommateurs. L’U.E est devenu un carcan,  où tout est fait pour confisquer la volonté des peuples. Lire la suite

A Hérimoncourt, PSA trahit une seconde fois le Pays de Montbéliard

Mais à quel jeu joue donc PSA dans le Pays de Montbéliard ? Que les actionnaires mondialisés ne sachent pas même le nom de « Franche-Comté », et encore moins où la situer sur la carte, passe encore … mais il y a pourtant la famille Peugeot, bien aux commandes de l’entreprise, qui ne devrait pas avoir la vue si courte.

Scier la branche

Avec la fermeture de l’usine historique d’Hérimoncourt, c’est la pierre fondatrice de l’édifice que Peugeot vient de saborder. C’est scier la branche sur laquelle la marque était assise depuis presque deux-cents ans. Et ce n’est jamais un bon présage. Non pas qu’il eut fallu à tous prix maintenir en l’état un site dans une économie rationalisée : non, le Pays de Montbéliard mérite d’aller de l’avant. Mais le transfert de l’activité était visiblement acté depuis longtemps. La grande question est plutôt de savoir pourquoi, alors que PSA avait du temps devant elle, l’entreprise n’a pas su développer une activité connexe – en interne ou en externe – pour permettre la continuité d’une activité industrielle sur place ?!

Un gâchis évitable

La presse locale évoque deux scénarios d’implantation sur le site. Mais pourquoi ces scénarios n’ont-ils pas été développés plus tôt, pour une ouverture dans la continuité du départ de PSA. L’histoire ne dit pas, par ailleurs, si le savoir-faire mécanique sera mis à profit dans la future activité, ni même si le nombre d’emplois sera maintenu sur site, ni même s’il y a la certitude d’une reprise d’activité. Un immense gâchis, et surtout évitable.

Comme le FC Sochaux

Lire la suite

Après la flambe, c’est le calme plat

Audincourt ronronne et patine. Force est de constater que depuis quelques mois, la frénésie de projets est stoppée net : d’aucuns se disent tant mieux, d’autres s’en inquiètent … il y a un peu des deux. Car si les travaux ont exaspéré bon nombre d’habitants, ils ont laissé place à un silence qui pose question.

Alors, à qui la faute ? A des finances exsangues après des années de dépenses XXL ? A un manque de créativité de la nouvelle équipe aux commandes ? Même la presse locale n’accorde plus à Audincourt les mêmes honneurs qu’auparavant. Tout un symbole.

Il reste pourtant beaucoup à faire. Pour cela, il aurait fallu pouvoir se garder des marges de manœuvres financières plutôt que de « flamber ». Lire la suite

Bravo aux gilets jaunes et légiférons sur le flash-ball

100 € sur la prime d’activité, abandon de la hausse au 1er janvier 2019 sur le carburant (15 cts sur le litre), prime de plusieurs centaines d’euros pour les salariés des entreprises volontaires … Quels élus, quels gouvernements, peuvent en un trimestre à peine se targuer d’un tel bilan. Ce 1er bilan, à qui le doit-on ?

Aux gilets jaunes qui ont crié leur ras-le-bol des fins de mois impossibles. Mais le combat continue. Je suis « gilet jaune ». J’ai partagé avec eux plusieurs heures Lire la suite

N’est pas John Wayne qui veut …

« Notre ville n’est quand même pas Chicago ». La phrase est de Martial Bourquin et nous serions enclins à lui répondre « et Christine besançon .tribuneheureusement ». Mais cela ne consolera pas les audincourtois, qui vivent l’insécurité au quotidien.

Il suffit de lire la presse pour se rendre compte qu’entre tirs à l’arme à feu devant le collège, infractions sexuelles, vols avec arme comme récemment dans une bijouterie, vol de scooter, conduite sans permis,  ou trafic de drogue à ciel ouvert dans certaines zones de la ville qui pourtant n’échappent pas plus aux informations policières qu’aux riverains, notre ville détient la palme de l’insécurité. Sans compter les nombreux fichés S de l’agglomération, Lire la suite

Frédéric Barbier, le député des riches et des lobbies

5ème tribune 2018Les audincourtois ont porté Frédéric Barbier et la République en Marche à l’Assemblée, dans notre circonscription. Ils seront donc ravis d’apprendre que leur député a largement contribué à ce que le glyphosate continue à empoisonner nos champs et nos assiettes. Car au moment de voter l’interdiction de ce poison, Frédéric Barbier a déserté les rangs. Courage fuyons ! Symbole d’une abstention bien commode (20 votes pour, 63 contre et … 491 absents!!) Frédéric Barbier a donc choisi de plier face aux lobbies plutôt que de respecter sa supposée conscience de gauche. Pour rappel, il était soutenu par les socialistes à l’échelle nationale.

Demain, c’est à notre impôt sur le revenu que la République en Marche s’attaquera. Avec la retenue à la source et ses inévitables erreurs, les entreprises travailleront Lire la suite

Retraite : la république, en vache !

Il vous fallait encore une preuve de l’imposture des dernières législatives ? Les députés macronistes du Pays de tribune sept- Montbéliard, Denis Sommer et Frédéric Barbier, ne trouvent en tout cas plus rien à redire quand on rabote le niveau de vie des retraités. Il y a encore deux ans – une éternité en politique – ils jouaient encore aux chevaliers blancs du socialisme. Du genre « plus-à-gauche-que-moi-tu-meurs ». Mais ça c’était avant, avant que le sort les oblige à draguer à droite pour pouvoir conserver le leur … de niveau de vie.

Les petites retraites ont été plombées cette année par la hausse de la CSG. A hauteur de parfois 50 €, ce qui est considérable pour des revenus souvent inférieurs au Smic. Aujourd’hui, un risque plane sur Lire la suite

Arbletiers, la zone sacrifiée ?

Arbletiers- Audicourt .Christine BesançonAprès les fermetures de 4 Murs, Weldom, ou encore la Halle aux Chaussures, c’est cette fois au tour de Grand Frais de quitter la zone des Arbletiers au profit de Sochaux. Ces enseignes mettent certes en avant le manque de stationnement, du fait du THNS, mais n’y a-t-il pas un mal plus profond ?

Le commerce, sur un axe sud-nord, amorce pourtant une belle dynamique dans le Pays de Montbéliard : une extension autour de Géant Exincourt, une nouvelle zone à Sochaux, avec des emplois à la clef. A Audincourt pourtant, les Arbletiers peinent à trouver un second souffle. Les liaisons pédestres ne sont guère facilitées sur la zone, les automobilistes sont moins bien accueillis, et surtout, les Arbletiers font probablement les frais de la mise en avant, très politique, Lire la suite

Majorité : l’unité volera-t-elle en éclat ?

 

2ème tribune 2018- parution audinfoLa gauche audincourtoise nous avait habitués jusqu’ici à une unité forcenée, une unité souvent de façade où – vaille que vaille, coûte que coûte – personne ne devait sortir du rang. Quitte à avaler des couleuvres et renier les convictions de toute une vie.

 

Mais le temps où les affaires de la gauche audincourtoise se traitaient le petit doigt sur la couture du pantalon est-il aujourd’hui révolu ? La démission finalement concédée par Martial Bourquin au poste de maire marque-t-elle une nouvelle ère, dans laquelle les voix dissonantes vont enfin parvenir à se faire entendre ? Symbole de ce point de rupture Lire la suite