A Hérimoncourt, PSA trahit une seconde fois le Pays de Montbéliard

Mais à quel jeu joue donc PSA dans le Pays de Montbéliard ? Que les actionnaires mondialisés ne sachent pas même le nom de « Franche-Comté », et encore moins où la situer sur la carte, passe encore … mais il y a pourtant la famille Peugeot, bien aux commandes de l’entreprise, qui ne devrait pas avoir la vue si courte.

Scier la branche

Avec la fermeture de l’usine historique d’Hérimoncourt, c’est la pierre fondatrice de l’édifice que Peugeot vient de saborder. C’est scier la branche sur laquelle la marque était assise depuis presque deux-cents ans. Et ce n’est jamais un bon présage. Non pas qu’il eut fallu à tous prix maintenir en l’état un site dans une économie rationalisée : non, le Pays de Montbéliard mérite d’aller de l’avant. Mais le transfert de l’activité était visiblement acté depuis longtemps. La grande question est plutôt de savoir pourquoi, alors que PSA avait du temps devant elle, l’entreprise n’a pas su développer une activité connexe – en interne ou en externe – pour permettre la continuité d’une activité industrielle sur place ?!

Un gâchis évitable

La presse locale évoque deux scénarios d’implantation sur le site. Mais pourquoi ces scénarios n’ont-ils pas été développés plus tôt, pour une ouverture dans la continuité du départ de PSA. L’histoire ne dit pas, par ailleurs, si le savoir-faire mécanique sera mis à profit dans la future activité, ni même si le nombre d’emplois sera maintenu sur site, ni même s’il y a la certitude d’une reprise d’activité. Un immense gâchis, et surtout évitable.

Comme le FC Sochaux

PSA n’en est pas à son coup d’essai raté dans le Pays de Montbéliard. Il suffit de regarder du côté du stade Bonal, pourtant situé
à une dizaine de mètres de l’usine principale, pour s’en souvenir. En l’occurrence, quel fiasco ! De quoi devenir la risée de toute la planète « sport ». A vouloir solder l’histoire sans en mesurer le poids, l’actualité nous rappelle combien il ne faut pas négliger de soigner sa sortie. Ne pas partir comme des voleurs.  A Hérimoncourt, PSA aurait pu et du s’en souvenir.

C’est tout le sens du soutien que j’ai apporté aux salariés de Peugeot Hérimoncourt, lors de la manifestation organisée dans la ville le 23 février dernier.

Fidèlement

Christine Besançon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*